De la liberté d'entreprendre

Publié le par MPF puy-de-Dôme

hallalOn apprend dans la presse que plusieurs restaurants Quick situés dans des villes dont la population  musulmane est largement majoritaire ont décidé de remplacer certains hamburgers au bacon par des sandwichs halal.

Si certains invoquent la liberté d'entreprendre pour justifier ce genre de pratiques, celle-ci ne saurait  entrer en porte à faux avec notre culture et notre civilisation en encourageant le communautarisme. Mais  surtout, la vente de viande halal à l'exclusion de toute autre constitue une discrimination supplémentaire à  l'égard de ceux qui veulent manger des plats à base de viande de porc, et qui refusent de subventionner les imams et les  rites d'abattage islamique, selon lesquels les animaux sont égorgés dans des conditions et une hygiène bien souvent suspectes.

Ce qui inquiète également le Mouvement Pour la France, c'est que la liberté d'entreprendre, dans sa forme  la plus légitime socialement, et la plus rationnelle économiquement, est autrement menacée par trois projets  portés par un Gouvernement et une majorité pourtant censés la favoriser.

 - Le premier, c'est une proposition de loi adoptée par l'Assemblée Nationale qui obligera les entreprises à  adopter la parité dans les Conseils d'Administration, ce qui constitue une atteinte grave à leur liberté de fonctionnement et de nomination.

- Le second, c'est le plan "d'urgence pour la prévention du stress au travail" présenté en Octobre dernier par Xavier Darcos, qui obligera les entreprises de plus de 1000 employés à prendre des mesures (vagues) pour empêcher le stress au travail, en accord avec les syndicats qui n'hésiteront certainement pas à user du chantage pour accorder leur signature à la convention. Les entreprises seront notées sur le site du Ministère du travail, en fonction des mesures qui seront prises : il s 'agira, ni plus, ni moins, de livrer certaines firmes, parfois en difficulté, à la vindicte populaire. En réalité, le Gouvernement aurait été tout simplement mieux inspiré de supprimer une bonne fois pour toutes les 35h, dont chacun sait qu'elles ont engendré une hausse considérable du stress et de la pression sur les employés.

- Le troisième, c'est la future proposition de loi visant à empêcher les entreprises de se séparer des
salariés de plus de 54 ans après un plan social. Mais ce projet risque d'engendrer de nouvelles injustices à  travers l'accroissement prévisible des discriminations à l'embauche des salariés de plus de 45 ans. De plus,  il ne faudra pas s'étonner de voir de plus en plus de plans sociaux visant principalement les salariés âgés  de moins de 54 ans et de plus de 45 ans.

Le Mouvement Pour la France demande donc au Gouvernement d'établir des mesures claires en faveur d'une liberté d'entreprendre enracinée. A l'heure d'une mondialisation de plus en plus menaçante pour notre  identité, et fragilisante pour nos entreprises, il serait en premier lieu temps de tourner le dos au  communautarisme, véritable négation de notre modèle de société, en interdisant la vente exclusive de viande  halal dans les restaurants.

Le Gouvernement et la majorité seraient d'autre part mieux avisés de renoncer à  des projets qui défavorisent la liberté d'entreprendre. Notre compétitivité, gravement mise à mal par une  fiscalité étouffante et un Code du Travail trop rigide, ne sera pas mieux assurée par des solutions  démagogiques qui risquent de se transformer en problèmes économiques.

Publié dans MPF 63

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article